Lancement de l’étude Sea, Sex and Chems

Dernière mise à jour : févr. 19


Portée par le CSAPA de la Croix-Rousse (Hospices Civils de Lyon), l’étude Sea, Sex and Chems, recherche médico-sexologique sur le Chemsex et les risques addictologiques de cette pratique vient d’être lancée.

Contraction du terme Chem de Chemical et du mot anglais Sex, le Chemsex désigne l’usage de produits psychoactifs dans un contexte sexuel, quelle que soit la voie d’usage (dont le slam ou l’injection), dans le but de faciliter, intensifier ou prolonger les rapports. Le phénomène a débarqué il y a une quinzaine d’année en France et le nombre de patients en demande de soins autour de cette problématique n’a fait qu’augmenter depuis. Les produits utilisés sont principalement les cathinones, telles que la 3MMC/4MEC (ou d'autres produits de synthèse), mais aussi, et parfois en association, la cocaïne, kétamine, méthamphétamine, GHB/GBL, MDMA, ecstasy...

L’étude Sea, Sex and Chems est une étude transversale descriptive basée sur un auto-questionnaire en ligne, totalement anonyme, autour des problématiques addictives liées aux substances et sexologiques chez les pratiquants et pratiquantes du Chemsex, avec composition d’un groupe contrôle chez les non-pratiquants. Elle tente d’explorer les facteurs de risques d’addictions liées aux substances mais aussi d’addictions comportementales sexuelles, en milieux de soins, mais aussi en population (milieux festifs et événementiels, associatifs, militants, applications de rencontres…).

Le questionnaire est désormais accessible à toutes et tous, en vous rendant sur www.seasexandchems.fr, et peut faire l’objet d’une large diffusion auprès de vos usagers.

Pour celles et ceux qui souhaitent nous aider et participer au recrutement des usagers souhaitant répondre à l’enquête, un kit de communication, comprenant affiches et tracts, couleurs et noir & blanc, est disponible à l’adresse suivante : www.seasexandchems.fr/contact/.


Plus d’informations sont disponibles sur notre site : www.seasexandchems.fr.